Les sciences économiques et sociales sont-elles des sciences ?

Quoi de mieux pour initier le champ de réflexion d’homonomics que de s’interroger sur la valeur scientifique des sciences sociales, dont l’économie est une branche non négligeable ? Comment sortir des querelles de chapelles entre « sciences dures » et « sciences molles » (remarquons que ces qualificatifs socialement acceptés sont le symptôme de jugements de valeur ancrés) ? Comment dégager des éléments rationnels dans ce genre de débats ? Répondre à cette question suppose, dans un premier temps, de cerner le propre des objets dont l’étude peut déboucher sur la constitution d’une science à part entière. Ensuite, il faudra se demander si la valeur scientifique d’une activité de recherche est déterminée uniquement par l’ontologie (1) des objets qu’elle vise ou par des éléments de méthode ou des perspectives particulières.

Les objets de la recherche scientifique

Qu’étudie un scientifique ? Que cherche-t-il ? – La vérité ! dirons-nous spontanément. En quoi l’objet sur lequel se penche un scientifique doit comporter une certaine forme d’atemporalité, ce qui signifie qu’une connaissance scientifique doit pouvoir perdurer, c’est-à-dire qu’elle doit être vraie en général. C’est ce que confirme l’observation des sciences naturelles (comme la biologie, par exemple), ou des mathématiques. En effet, qui se risquerait à affirmer que l’égalité « 2 + 2 = 4 » ou le fait que la respiration est une nécessité vitale sont des vérités qui sont relatives à des époques, ou à des contextes qui peuvent varier ? Cette proposition sonne comme une ineptie, une sottise. La relativisation des connaissances scientifiques apparaît comme une entreprise dépourvue de sens car la science cherche le vrai en toutes circonstances. Elle a donc une vocation universelle. Comme le disait Aristote, « il n’y a de science que du général, d’existence que du particulier ».

Ce qui caractérise la réalité sociale pour un scientifique

En quoi cet argument nous avance-t-il dans notre réflexion ? Il nous oblige à nous interroger sur l’objet des sciences sociales, puisqu’il va s’agir de déterminer si le « social » en tant que tel peut comporter des vérités générales, qui pourraient donc donner lieu à une connaissance scientifique. Et c’est là qu’apparaît la problématique à laquelle les chercheurs en sciences sociales sont confrontés ; le social énonce ce qui a rapport à l’existence des hommes en société, et l’existence humaine est caractérisée par l’imprévisibilité voire parfois par une certaine irrationalité : il subsistera toujours une différence de nature entre la praxis et la theoria (2). Comment décrire avec des lois générales, et donc expliquer avec des causes efficientes, des comportements qui peuvent être irrationnels ? Comment rendre raison de ce qui n’a pas nécessairement une raison ? C’est ce qui explique, par exemple, l’importance de l’hypothèse de rationalité omnisciente chez les néoclassiques dont la motivation était de mathématiser les sciences sociales, afin de créer une physique sociale à la fin du 19ème siècle.  Mais à quel prix peut-on simplifier les comportements humains pour les expliquer ? La réalité sociale est-elle vraiment la somme de comportements d’homoeconomicus ?

La question du critère de démarcation épistémologique

L’approche de la science par Max Weber. #Homonomics

On cerne ainsi la difficulté de la valeur scientifique de l’étude du social. La science, portant sur les généralités, s’accommoderait mal des singularités sociales. Mais la difficulté rencontrée peut être contredite par le fait que le critère de démarcation épistémologique (3) utilisé jusqu’à présent est l’ontologie de l’objet étudié. Or, cette séparation entre les sciences qui procède des objets étudiés a été remise en cause par un auteur fondamental des sciences sociales : Max Weber. Pour Weber, ce qui caractérise une science, c’est sa visée de connaissance propre. Par conséquent, le prérequis nécessaire afin qu’une connaissance puisse être qualifiée de scientifique ne serait pas liée à ce qu’elle étudie (le corps humain, les nombres, la réalité sociale etc.), mais plutôt la reconnaissance de limites intrinsèques de la connaissance produite, dans la mesure ou aucune science ne peut prétendre à une vérité totale et globalisante. L’économiste, le sociologue et l’historien, qui étudient des réalités singulières, à partir desquelles ils produisent des connaissances propres à leurs différents champs d’étude, seraient donc des scientifiques au même titre que les physiciens et les biologistes. L’équation quantitative de la monnaie et le principe d’inertie auraient donc tous deux une valeur scientifique.

Lexique en lien avec l’article. #Homonomics

Expliquer ou comprendre la réalité sociale ?

Mais que devient alors l’explication scientifique quand elle se confronte à la réalité sociale dans sa singularité et son imprévisibilité ? Que devient l’objectivité du sociologue ou de l’historien si la connaissance propre d’une activité scientifique est nécessairement relative à un point de vue, celui du scientifique borné par sa discipline ? Dire que la réalité sociale est singulière est très différent d’affirmer que les comportements humains n’auraient pas de causes. Et il revient à Weber d’avoir formalisé le fait qu’un motif d’action puisse être une cause singulière. Dès lors, on comprend qu’une explication compréhensive qui s’attacherait à déterminer les motivations singulières des individus (l’homoeconomicus ou un individu quelconque dans ce qu’il a de spécifique) pourrait tout à fait déboucher sur la mise en évidence de causalités sociales. Les sciences sociales, en ce qu’elles intègrent des relations de causalités partielles dans leurs approches de la réalité sociale, peuvent donc être considérées comme des disciplines scientifiques.

Tom Jacques

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s