Comment l’économie du football français peut-elle se relever après l’arrêt de la Ligue 1 ?

« La décision prise en France est une catastrophe pour l’économie du football français » s’est exclamé Jean-Michel Aulas, président de l’Olympique Lyonnais, dans une interview donné à OLTV le 8 mai dernier. Fervent défenseur de la reprise du championnat de France, Jean-Michel Aulas a vu sa demande de reprise de la Ligue 1 une nouvelle fois repoussée par le Conseil d’Etat le 9 juin dernier. Le président de l’OL a donné rendez-vous aux instances « dans 5 à 10 ans » pour voir les conséquences de cet arrêt prématuré du championnat sur les clubs français. A l’étranger, en Allemagne, la Bundesliga a repris dès le 15 mai. De l’autre côté de la manche, le championnat anglais s’apprête à reprendre le 17 juin. Enfin, l’Espagne a autorisé la Liga à reprendre une semaine plus tôt, le 11 juin. Entre prévoyance sanitaire et risque de crise économique, le football français semble avoir fait son choix. Quelles conséquences cette fin de championnat prématuré aura-t-elle sur l’économie du football français ?

Un prêt de 225 millions d’euros inefficace 

L’arrêt définitif de toutes les compétitions nationales en France sonne également le glas pour les droits TV sur la saison 2019-2020. Pour tenter de limiter les pertes économiques, la Ligue de Football Professionnel (LFP) a souscrit un prêt garanti par l’Etat (PGE) à hauteur de 224,5 millions d’euros. Seul hic, cette solution est bonne sur le court terme mais le prêt finira par être remboursé par la totalité des clubs de Ligue 1. Une solution en surface qui ne doit pas cacher le fond du problème : l’endettement des clubs français. Médiapart a dévoilé, dans son enquête sur les problèmes de financement du football français, une simulation financière réalisée par la LFP sur les comptes des clubs de l’élite au 30 juin 2020. Le déficit pour l’ensemble des clubs de Ligue 1 devrait atteindre 541 millions d’euros. Parmi les clubs les plus touchés, Médiapart avance 4 noms : l’Olympique de Marseille, les Girondins de Bordeaux, le LOSC et l’AS Saint-Etienne. Selon le site d’informations, ces 4 clubs afficheraient un déficit supérieur à 50 millions d’euros, même après injection du PGE. Ce creusement de l’endettement peut, bien sûr, être résorbé par un investissement extérieure venant des actionnaires des clubs. En revanche, il est moins sûr qu’en temps de crise majeure, les actionnaires soient capables d’injecter des dizaines de millions d’euros, sans l’assurance d’un retour sur investissement.

Une perte de compétitivité sportive et économique inévitable 

Qui dit moins de revenus pour les clubs dit également perte de compétitivité. Dans un football moderne où les performances sportives riment souvent avec des investissements massifs, les pertes de revenus liées à l’arrêt du championnat de France auront des conséquences sur le plan sportif. Les clubs français se verront obliger de vendre leurs meilleurs joueurs uniquement pour compenser leurs pertes économiques, sans possibilité de réinvestir. L’Olympique de Marseille devrait, par exemple, vendre pour 60 millions d’euros afin de rentrer dans les clous du fair-play financier. Une nouvelle fois, la « Ligue des Talents » verra fuir quelques pépites à l’étranger et ce n’est pas l’instauration d’un mercato franco-français qui empêchera cette exode. Ouvert depuis le 8 juin, ce mercato 100% français a pour objectif de rééquilibrer les comptes des clubs français tout en préparant des effectifs compétitifs pour l’année suivante. Là encore, cette solution semble limité. Exception faite du transfert de Kylian Mbappé de l’AS Monaco au Paris-Saint-Germain pour 180 millions d’euros en 2017, les transactions entre les clubs français sont rarement élevées. Le transfert le plus cher reste au crédit de l’OL qui a dépensé 25 millions d’euros en 2019 pour s’attacher les services du milieu d’Angers Jeff Reine-Adélaïde. Les sommes échangées durant ce mercato franco-français ne devrait donc pas permettre de résorber un déficit économique et la baisse de compétitivité sportive. 

De plus, l’arrêt de la Ligue 1 marque aussi un arrêt brutal de compétition pour l’ensemble des joueurs du championnat y compris les clubs encore engagés en Ligue des Champions. Le PSG et l’OL n’auront donc pas l’occasion de préparer correctement la fin de la compétition prévue pour le mois d’août à Lisbonne. Une perte de compétitivité qui devrait se poursuivre la saison prochaine. Dans l’impossibilité de jouer un match officiel depuis début mars jusqu’au 23 août (ndlr, date du début de la saison 2020-2021 en France), la Ligue 1 pourrait avoir du mal à retrouver son plus haut niveau. Les cinq clubs engagés dans les compétitions européennes l’année prochaine pourraient également en pâtir. 


Un espoir : l’arrivée de Mediapro

Seule lumière au bout du tunnel, l’arrivée du groupe espagnol Mediapro a fait basculer les montants des droits TV pour la période 2020-2024 dans une autre dimension. Les droits ont été vendus pour un montant record de 1,153 milliards d’euros, soit une augmentation de 59,7% par rapport à la période 2016-2020.

Les clubs de l’élite devraient recevoir un chèque supplémentaire de 20 millions d’euros dès le début de la saison prochaine. Une bonne nouvelle qui rassure autant qu’elle inquiète. Le député des Alpes-Maritimes Cédric Roussel a confié à France Info « s’interroger sur la capacité de Mediapro à tenir ses engagements dans la durée vis-à-vis de la LFP ». Le président du groupe d’études Economie du sport à l’Assemblée Nationale a adressé un courrier à la LFP pour demander des garanties sur les montants versés chaque année par le groupe espagnol. Malgré tout, la majorité des 400 millions d’euros supplémentaires de droits TV devraient permettre de rembourser le PGE souscrit fin mai. Un bol d’air pour les clubs français qui devront tout de même survivre jusqu’à août prochain avant de voir leurs comptes se rapprocher de l’équilibre. Une chose est sûre, la crise du coronavirus n’aura pas rassuré sur la stabilité financière du football français.

Victor Cousin

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s