FIFA vs PES : le match économique et stratégique

Dans les rayons de l’e-sport, le même son de cloche se fait entendre au mois d’octobre. Qui de FIFA ou de PES va s’imposer comme LE jeu de simulation de football sur les consoles ? Pourtant, depuis près d’une dizaine d’années, le match n’a plus lieu tant le jeu produit par Electronic Arts domine son concurrent de chez Konami. La preuve en chiffres : EA a vendu presque 1,2 millions d’exemplaires sur l’année 2019 avec FIFA 20, ce qui en fait le jeu le plus vendu en France. A l’inverse, PES 2020 n’apparaît même pas dans le Top 20 des meilleures ventes. Retour sur un match joué d’avance qui peut réserver quelques surprises. 

L’avant-match : une stratégie de différenciation opposée

Commençons ce match par les compositions d’équipes et les deux jeux semblent partis sur des tactiques totalement différentes. Grâce à un budget transfert faramineux, FIFA se permet d’aligner une équipe ultra-compétitive. En effet, si FIFA s’est imposé comme le jeu le plus vendu en France, ce n’est pas à n’importe quel prix. EA Sports a investi massivement pour offrir un contenu inégalable à ses joueurs. FIFA 21 possède les droits de près de 700 équipes et de 37 ligues pour un montant difficilement estimable. Selon Le Monde, il faudrait débourser un peu plus d’un million d’euros pour s’offrir la Ligue 1 et quelques centaines de milliers d’euros pour acquérir la licence d’un club comme l’AS Monaco. Depuis 2019, EA a également signé un accord d’exclusivité avec la Ligue des Champions et la Ligue Europa. En plus de ces droits, FIFA a développé une offre de mode de jeu impressionnante dont FIFA Ultimate Team (FUT) en est le fer de lance. Le jeu développé par EA s’inscrit donc de plus en plus dans une dynamique de jeu « arcade » en se focalisant d’avantage sur le contenu que sur le côté simulation.

De son côté, PES, avec budget transfert plutôt faible, aborde le match dans la peau de l’outsider avec des joueurs avec du potentiel qui privilégieront sûrement le beau jeu. En difficulté sur le marché des licences, PES a opté pour une stratégie de différenciation opposée. En effet, sur les 24 ligues présentes dans le jeu, 19 sont entièrement sous licence parmi lesquelles la Ligue 1 et la Série A. Le gros point noir se situe au niveau des grands clubs. En Premier League, seuls Arsenal et Manchester United portent leur vrai nom. Konami se concentre désormais sur les graphismes et la qualité du jeu proposé. La marque japonaise n’a d’ailleurs pas vraiment édité PES 2021 cette année. Il s’agit seulement d’une mise à jour importante de PES 2020 proposé à un prix plus attractif. Une compétitivité prix qui a également des vertus sur le long terme : préparer en amont PES 2022 et l’arrivée des consoles nouvelle génération.

1ère mi-temps : FIFA, un monopole contesté ? 

A la vue des compositions d’équipes, FIFA semble bien mieux armé pour remporter ce match. Cependant, la domination totale de FIFA sur son concurrent japonais n’est pas exempte de difficultés. Habituée à posséder l’ensemble des droits des clubs européens, EA a connu un énorme coup d’arrêt à l’été 2019. Konami a raflé les droits exclusifs de la Juventus de Turin pour une durée de trois ans, obligeant FIFA à renommer le club italien « Piemonte Calcio ». Une véritable humiliation sportive et économique pour EA. Deux jours après, la cotation de la firme en bourse avait perdu 3,83%, l’équivalent de près de 800 millions de dollars.  Cette situation pourrait se reproduire à l’avenir. Un autre grand club italien, l’AS Roma, sera absente de l’édition FIFA 21 après avoir signé chez Konami.

En plus de son concurrent, les propres joueurs de FIFA commencent à montrer leur mécontentement. Une action en justice a même été menée en France à l’encontre du mode FUT, critiqué pour sa dimension « pay-to-win ». Les joueurs sont amenés à dépenser de l’argent supplémentaire dans le jeu pour avoir la chance de posséder de meilleurs joueurs dans leur club. Seul hic, les risques d’addiction et le côté aléatoire de distribution des joueurs pourraient s’apparenter à un jeu de hasard, le tout accessible sans restriction à n’importe quel mineur. De plus, l’obsolescence programmée du jeu à chaque fin d’année, obligeant presque à l’achat du jeu suivant sous peine de posséder un jeu désuet, est aussi interrogée. Un flot de critiques qui pourraient entacher les ventes de FIFA 21 et relancer le match avec PES.

Sans avoir montré grand-chose en 1ère mi-temps, FIFA rentre à la pause avec un avantage de 2-0 grâce à ses stars. Un score flatteur tant le début de match a été disputé. PES est néanmoins limité offensivement pour lutter face à l’armada EA.

2ème mi-temps : PS5 et Xbox Series X en ligne de mire

La 2ème mi-temps commence sur les mêmes bases que la 1ère. Sur le banc, PS5 et Xbox Series X attendent sur le banc pour faire leur entrée en jeu et peut être bousculer le cours du match. L’arrivée des consoles nouvelle génération est le motif d’espoir pour renouer avec le suspens entre les deux jeux. Pour rappel, leur sortie est prévue pour mi-novembre de cette année (10 novembre pour la Xbox Series X, 19 novembre pour la PS5). Les nouvelles générations de consoles ont toujours été l’occasion de rebattre les cartes sur le marché du jeu de simulation de football. Si PES dominait le marché au moment de la PS2, Konami a mal géré la transition sur PS3 et Xbox 360. EA a profité de l’opportunité et a confirmé sa supériorité sur PS4 et Xbox One. 

C’est pourquoi la marque japonaise a privilégié la préparation de PES 2022 sur ces nouvelles consoles pour aborder de la meilleure manière son virage nouvelle génération. Konami a déjà annoncé un changement de moteur en optant pour l’Unreal Engine à la place de Fox Engine. La réponse de Electronic Arts se fait encore attendre alors que le moteur Frosbite, présent sur FIFA 21, subit de nombreuses critiques depuis son arrivée sur le jeu. Pour cette année, nous n’en sommes pas encore là. PES 2021 est déjà disponible depuis le 15 septembre dernier. Quant à FIFA, EA Sports n’a pas édité sa traditionnelle démo cette année pour préparer au mieux possible la sortie définitive de FIFA 21 le 9 octobre prochain.

Une fin de match assez spécial où les deux équipes se sont neutralisées. FIFA a tout de même enfoncé le clou avec un 3ème but grâce à FIFA 21. En face, PES 21 n’était de toute façon pas apte à rivaliser. PS5 et Xbox Series X n’ont pas pu faire leur entrée sur le terrain. Les deux consoles attendront novembre et le match retour pour faire leur preuve. 

Résultat final : L’efficacité de FIFA récompensé 

Si le graphisme et le game-play de PES est régulièrement mis en avant dans tous ses opus, le jeu ne fait pas le poids face au réalisme de FIFA devant les buts. Résultat : un match dominé par PES qui enchaîne les belles phases de possession. FIFA se contente de réagir en contre grâce à ses joueurs plus talentueux et plus rapides. Une victoire de FIFA (3-0) pour cette année qui pourrait y laisser des plumes tant la titularisation des consoles nouvelles générations au match retour pourraient faire pencher la balance. Attention à la remontada pour Electronic Arts.

Victor Cousin

Dites-nous ce que vous pensez de cet article

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s